Mes 8 conseils pour choisir sa hajjam

hajjam

Assalamalayki. J’espère bi idhni Allah que tu te portes bien.

Aujourd’hui je viens te parler du hajjam, mais surtout du choix de ta hajjam.

Pourquoi cet article me semble important ? 

Premièrement : pour mettre en garde contre ces charlatans qui se disent hajjams alors qu’ils n’ont aucune science du sujet.

Et deuxièmement parce que j’ai vu une vidéo sur Facebook d’une séance de hijama qui faisait vraiment peur.

Je te donne donc 8 conseils pour choisir ta hajjam

Pour rappel : un ou une hajjam c’est la personne qui pratique la hijama.

hajjam

1- Sa formation

C’est la première question qu’il faut posée à une hajjam. Quelle est votre formation?

Mais pourquoi faut il absolument savoir quelles sont les formations du hajjam ?

Pour la simple raison que le diplôme de hajjam n’existe pas. Et donc tout le monde peut se prétendre hajjam.

Alhamdoulillah il y a aujourd’hui de multiple centres de formation pour se former à la hijama. A la fin de cette formation est remis un certificat de réussite ou d’aptitude à la personne ayant suivi la formation.

Il est dans ton droit de demander cette attestation de réussite.

Pour ma part on m’a déjà demandé la note que j’ai eue lors de ma formation.

Face à ce genre de demande je réponds de façon spontanée, si cela permet de rassurer la patiente et la mettre en confiance alors pourquoi pas.

Je ne pense pas qu’il doit y avoir de la gêne aussi bien pour la patiente que pour la hajjam.

hajjam

2- Son métier initial

Il n’y a pas de doute qu’une hajjam qui était dans le domaine de la santé sera plus à l’aise avec la hijama. -du moins au début-

Mais pourquoi sera-t-elle plus à l’aise que les autres ?

Pour la simple raison qu’elle a déjà un bagage médical. Ainsi les termes, les examens médicaux, l’anatomie ou même l’hygiène sont des choses déjà acquises depuis longtemps.

De plus, selon la formation initiale de la hajjam, la hijama n’aura pas le même impact.

Par exemple si la hajjam est médecin elle comprendra plus la pathologie et pourra en plus de la hijama donner un traitement supplémentaire.

Si la hajjam est sage-femme alors il sera plus facile de la consulter en cas de maux qui touche à la grossesse.

Et pour finir les kinésithérapeutes seront plus sollicités pour les douleurs musculaires et proposerons également des exercices et des massages. Ils seront très sollicités par les sportifs par exemple.

L’infirmière quant à elle sera la reine de l’hygiène mais pas seulement.  Très à l’écoute de sa patiente, elle ferra de son confort et de son bien être une priorité. Son empathie fait d’elle la meilleure des hajjams – bon j’en rajoute JUSTE un peu pour défendre mon corps de métier-.  


hajjam

3 - Son ancienneté

Il y a des gestes, des liens ou encore des réflexes que l’on acquiert qu’avec l’expérience.

Ainsi une ancienne hajjam sera beaucoup plus à l’aise avec la hijama qu’une jeune formée.

C’est la même chose lorsque l’on cherche un médecin. Le médecin qui a 20 ans de diplôme a de suite plus d’autorité qu’un interne.

Bon il y a ceux qui disent que l’ancienne école est obsolète et que les techniques ont évoluées. Certes. Mais l’ancienneté est tout de même un gage de crédibilité.

hajjam

4 - Le bouche à oreille

Quoi de mieux que le bouche à oreille pour se faire une idée sur le travail d’une personne.

Attention il ne s’agit pas là d’entrer dans la médisance. Mais de demander les informations dont tu as besoin.

Plus la hajjam est compétente et plus elle est recommandée. C’est la même chose dans tout les métiers: que ce soit coiffeuse, décoratrice ou même pâtissière. Cela nous rassure quand l’une de nos copines à déjà testé avant. Alors comment la hajjam pourrait elle y échapper ?

Bien sûr il faut faire le tri dans les infos que l’on va te donner, toutes ne sont pas bonnes à prendre.

Remarques pertinentes « cabinet propre, à l’écoute, prend son temps, t’explique tout, te met à l’aise, geste précis, respecte la awra… »

Remarques inutiles « elle m’a offert une tisane, ça sentait bon le spa dans son cabinet, elle est drôle,… »

Bref plus tu auras de témoignages de patientes et plus tu seras en confiance … ou pas

hajjam

5 - Son cabinet

Ici je ne te demande pas de scruter la déco, ni les affiches sur le mur, mais plutôt la propreté du lieu.

Les surfaces sont-elles lessivables ? Y a t-il un point d’eau pour que la hajjam se lave les mains et nettoie son matériel ? La pièce dispose-t-elle d’une fenêtre pour être aérée ?

Bon tu me diras que tous ces éléments ne font pas d’une personne une bonne hajjam et que tout le monde ne peut pas se payer un cabinet.

Mais une pièce de soins nécessite quelques règles.

Que tous les éléments de celle-ci soient lessivables entre chaque patient, qu’il y est un endroit pour se laver les mains, évacuer les déchets et qu’elle puisse être aérée.

Dans un cabinet de soins tout comme à l’hôpital il y a des risques de contaminations et d’infections entre les patients.

Surtout que dans la hijama nous sommes en contact direct avec le sang du patient il faut donc que la hajjam soit vigilante la dessus.

6 - Son matériel

Comment savoir si le matériel de hijama est fiable et surtout sans danger pour toi?

Les lames sont elle stériles ? Si oui elles sont dans un emballage que la hajjam ouvre devant la patiente. Il y a encore des hajjams qui utilisent des lames de rasoir type gilette qui ne sont pas stériles.

La pompe est-elle à usage unique? Il arrive souvent que la pompe soit souillée par du sang à l’intérieur même du mécanisme. C’est pour cela que nous utilisons de plus en plus des pompes à usage unique qui sont jetées à chaque utilisation.

Les ventouses : Chaque hajjam  à sa technique. Certaines utilisent des ventouses en verres d’autres en plastique. Certaines les jettent après chaque utilisation, et d’autres les décontaminent. Pour ma part je demande à la patiente de me donner un kit qui sera le sien et qu’elle pourra réutiliser à la prochaine séance.

Toujours est-il que si tu observes des traces de sang sur les ventouses avant de commencer la hijama : Fuis!!!

hajjam

7 - Ses tarifs

J’ai déjà abordé le terme du cout de la hijama dans l’article 11 questions sur la hijama.

J’en reparle ici concernant le choix du hajjam. Selon moi le tarif demandé par le hajjam en dit long sur sa niya. Fait elle cela juste pour l’argent ou parce qu’elle a une volonté de faire vivre une médecine prophétique?

Pour la petite anecdote : J’ai contacté une hajjam en France pour une patiente. La première chose qu’elle m’a annoncé était son tarif – qui au passage était vraiment cher selon moi-.

Bah je n’ai pas trouvé cela professionnel du tout. Avant même de savoir pourquoi je dirigeais la patiente chez elle ou encore le nombre de séances dont elle aurait besoin. Elle m’as dit c’est 50 euros.

Oh!!!! On soigne des gens quand même. Je sais qu’il y a des frais, des factures, des loyers, des taxes mais tout de même restons humains.

Si l’argent est la principale motivation de la hajjam alors tu as le droit d’avoir des doutes sur la prise en charge qu’elle va t’accorder.

hajjam

8 - Ton feeling

La relation de confiance entre la hajjam et la patiente est très importante pour une bonne prise en charge.

T’es tu senti en confiance avec ta hajjam? As-tu envie de continuer tes soins avec elle?

Certains diront que ce n’est pas important mais je pense que ça l’est.

Lorsque tu demandes a quelqu’un de te soigner tu donnes un bout de ton histoire, de ton corps et de tes craintes.

Il est important que tu te sentes à l’aise avec cette personne. Que tu oses dire j’ai peur, je suis mal installée, j’ai un doute sur le protocole…..

Tu auras beau être avec la meilleure hajjam du monde si tu ne te sens pas bien avec elle, alors ta hijama risque de ne pas être efficace car le stress est une cause pour que la hijama soit de moins bonne qualité.

Tu as la parole

Et toi quels sont tes critères pour choisir une hajjam?

Quelle est la chose la plus importante à prendre en compte pour choisir une hajjam?

Hijama : La cause de ma grossesse

hijama et grossesse

Suite a l’interview de notre soeur isabelle: Problème d’infertilité, j’essaie la hijama; une de ses patientes à bien voulu témoigner.

Sans plus attendre voici son témoignage.

Assalamalyki oukhty. barakAllahoufiki pour ton témoignage

Peux-tu te présenter brièvement :

Alaykoum salam wa rahmatoullahi wa barakatouhou.

J’ai 20 ans. Ça fait 2 ans et demi que nous sommes en essai bébé.

L’année dernière je suis tombée enceinte mais cela n’as pas abouti alhamdoulillah.

Et je suis actuellement enceinte alhamdoulillah depuis 4 mois.

Tu es tombée enceinte après une stimulation ovarienne faite par la hijama. Peux-tu nous dire pourquoi en être arrivé à la hijama et avais tu eu des traitements avant cela?

hijama

Après ma fausse couche, je n’avais plus de cycle régulier ce qui n’était pas à mon habitude. De plus je n’ovulais plus correctement.

Ma gynéco m’as dit de ne pas m’inquiéter et que tout rentrerait dans l’ordre. Étant étudiante en naturopathie je savais que ce retard de cycle n’était pas normal.

J’ai essayé l’homéopathie. Cela a plus ou moins bien fonctionner mais l’ovulation ne revenait pas.

Sachant que je suis contre toute forme de médicaments, un matin je me suis dis pourquoi ne pas faire la hijama. À vrai dire j’avais très peur car je suis très douillette. Je me suis dis si cela peut être une cause et qu’il s’agit de médecine prophétique il faut que je le fasse.

Au début ce n’était pas dans l’optique de faire une stimulation ovarienne mais juste pour retrouver mes cycles réguliers.

J’ai donc contacté isabelle qui était la hajjam de ma ville. Nous avons commencé les hijamas une fois par mois. Au bout de 2 mois mes cycles sont redevenus normaux. Nous avons donc commencé la stimulation ovarienne. 3 mois plus tard nous avons complété les séances de hijama avec une cure de miel, d’huile de nigelle et de costus.

Ainsi tous les mois pendant les 15 premiers jours de mon cycle je devais stimuler mes ovaires avec des ventouses laissées à ma disposition. Je devais faire cette stimulation tous les jours jusqu’à la date de mon ovulation.

Au bout de 5 mois de hijama l’envie de devenir maman est revenue de façon intense, ce qui n’était pas le cas avant. Chaque mois la hijama me faisait du bien. Cela avait soulagé mes douleurs de règles.

Psychologiquement la hijama me faisait du bien au moral car je faisais les causes.

Récapitulons tes séances de hijama :

plan de naissance

En tout j’ai fait neuf mois de hijama.

Les 3 premières séances s’étaient pour retrouver des cycles réguliers. Bien que dès la première séance cela avait commencé à se réguler.

Les 5 suivantes nous faisions hijama pour faire de la stimulation ovarienne.

Sachant que j’en faisais d’autres pour mon mal de dos. J’ai dû donc faire une douzaine de séances en neuf mois.

Toutes ses séances de hijama ont également eu un effet sur mes douleurs menstruelles.

As-tu ressentis ton ovulation de suite?

hijama

Les premiers mois j’avais des douleurs aux ovaires mes aucunes pertes.

La hijama avait commencé à faire travailler mes ovules. Petit à petit la machine s’est remise en marche.

Et j’ai commencé à avoir des pertes pendant mon ovulation.

Au début c’était très aléatoire. Mais les quatre derniers mois – soit 5 mois après le début du protocole de hijama– j’ai eu des pertes de façon régulière et très ponctuelle entre le 12e et 15e jour de mon cycle.

J’ai alors compris que mon ovulation reprenait correctement.

As-tu avisé ton médecin du protocole de hijama?

hijama et grossesse

Lorsque ma gynécologue m’a dit qu’il était tout à fait normal de faire une fausse couche, elle m’a brisé le cœur.

Je ne suis plus retourner la voir alors qu’elle me suivait et que je l’aimais beaucoup. Cela n’a pas été délicat de sa part.

Je n’ai pas avisé mon médecin traitant non plus.

Seuls mon mari, ma mère et quelques amies très proches étaient informés.

Au bout de ces mois de hijama, quelle a été ta réaction en voyant ton test de grossesse positif?

hijama

Je m’en souviens encore très bien.

C’était un lundi. Je devais avoir mes règles le jeudi et une séance de hijama été programmée le vendredi d’avant.

Le jeudi j’ai eu des pertes marrons. Ma hajjam a préféré reporter la séance de hijama dans le doute où j’étais enceinte.

Le lundi matin en me levant pour le fajr j’ai fait un test de grossesse qui traînait dans l’armoire.

Je voulais être sûre. En temps normal dès que je fais un test de grossesse mes règles arrivent de suite. Comme ça je serai fixée.

Une fois le test fait les 2 barres sont apparues de suite. Je n’ai pas eu besoin d’attendre.

J’ai eu un moment où j’ai « beugé » en regardant le test. J’ai relu la notice. Je me disais “ce n’est pas possible, c’est bizarre.”

J’ai envoyé une photo à ma hajjam pour lui dire que c’était positif. Ensuite j’ai appelé mon mari qui travaillait, ne répondant pas je lui ai envoyé un message.

Je suis restée pendant une heure assisse au bord de mon lit en regardant ce test.

La première réaction que j’ai eu était de la fierté, de la réussite.

Mais j’ai également de suite ressenti de l’angoisse. Pourquoi ces pertes marrons alors que le test est bel et bien positif?

Finalement le lendemain je n’avais plus de pertes.

Quels conseils donnerais-tu aux sœurs qui souhaitent rebooster leur fertilité par le biais de la hijama?

J’ai 3 conseils : être assidue, faire beaucoup de doua’s et se libérer l’esprit. De se concentrer sur sa relation avec Allah.

Pour les sœurs que ça peine de ne pas être enceinte, de ne pas perte espoir.

Je me suis rendue compte que si j’avais été enceinte avant je n’aurais pas été capable comme je le suis maintenant.

La grossesse peut être très dure pour certaines. Accueillir un bébé dans un couple c’est un énorme changement.

Des fois on pense en être capable alors que non. Si j’avais eu un bébé plus tôt je n’aurais pas eu autant de sagesse et de connaissances sur la grossesse et la maternité que maintenant.

Le dernier mois de stimulation est un mois où je n’ai pas du tout pense à la maternité.

J’étais tellement occupée que je n’y ai pas pensé une seule fois. Je pense que mon esprit c’est libéré et a fait que la grossesse s’installe sans que je stresse.

Je n’ai pas eu le temps de chercher des signes partout une semaine avant mes règles. ”Tiens j’ai mal aux seins, peut être que je suis enceinte.”

Je ne m’y attendais pas du tout, du tout.

Je sais que c’est facile à dire. Mais vraiment il faut s’occuper. Trouver une activité que ce soit la couture, la cuisine ou autre.

J’ajoute aussi une chose très importante.

Il faut également en parler.

Parler à son mari notamment de nos peurs, nos craintes.  Il ne faut pas rester avec ça sur la conscience. Et de rester seule à sans vouloir.

C’est ma hajjam qui m’a dit un jour : ‘‘Tu sais ce n’est pas ta faute”. Il faut oser dire, je me sens mal, je n’arrive pas à passer au-dessus.

Le désir d’être mère est instinctif chez nous ce qui ne l’est pas chez eux. Ainsi ils vont pouvoir comprendre notre mal être et mieux y répondre.

As-tu autres chose à nous dire oukhty avant d’en finir?

Merci à travers ce témoignage de redonner espoir aux sœurs.

Je voudrais aussi dire aux sœurs qu’il est important d’avoir un rythme de vie. Être assidue dans ses prières, bien dormir, manger équilibré.

Le rythme de vie est très important. Quand on est jeune mariée et que l’on quitte notre foyer familial on peut avoir tendance à manger n’importe quoi et à se réveiller à l’heure qu’on veut.

J’ai recommencé à aller mieux lorsque j’ai pris un bon rythme de vie. Ce qui sera important pour l’arrivée d’un bébé. 

BarakAllahoufiki oukhty pour ton témoignage.

Qu’Allah azawajal te facilite la fin de la grossesse, l’accouchement et l’éducation de ton enfant.

Qu’Il t’accorde une descendance nombreuse et vertueuse.

En tant que hajjam je voudrais revenir sur ce que notre sœur a dit concernant l’assiduité de la hijama.

Dans les protocoles d’infertilité cela nous tient également à cœur que nos protocoles aboutissent à une grossesse.

C’est dommage que certaines patientes ne soient pas assidues, ne nous donne pas de nouvelles ou ne se stimulent pas.

Nous devons alors tout recommencer. Cela est autant fatiguant pour vous que pour nous.

Ne pensez pas que nous sommes seulement des personnes posant des ventouses.

Non! Nous sommes des sœurs fillah et on veut pour vous la même chose que l’on veut pour nous même.

Vos échecs de hijama sont également les nôtres tout comme vos réussites.

Alors s’il vous plait soyez assidues!!!

Tu as la parole :

N’hésite pas à envoyer un mot d’encouragement à la maman, à partager ton expérience et nous dire ce que tu en penses.

J’ai hâte de te lire.

une détox par la hijama

detox et hijama

La détox est à la mode.

Tout le monde en parle. Que ce soit dans les magazines, sur les sites internets ou les réseaux sociaux.

Mais pourquoi avons nous tant besoin de faire une détox?

Comment se débarrasser de ses toxines naturellement?

Comment faire une cure de détox?

Et surtout en quoi la hijama est-elle intéressante pour faire une détox?

Je vais essayer de répondre à toutes ces questions inchaAllah.

détox et hijama

Zoom sur les toxines

Définition : Une toxine est une substance toxique qui est fabriquée par un organisme vivant.

Il y a les toxines fabriquées par le corps lui même, qui sont les radicaux libres. Et il y a les toxines qui viennent de l’extérieur.

Elles pénètrent dans l’organisme par trois portes d’entrées. Celles-ci sont l’ingestion, l’inhalation et la voie cutanée.

détox et hijama
L’ingestion des toxines :

Elle est liée à la nourriture que nous avalons.

Nous mangeons de plus en plus mal. Les produits transformés sont pleins d’additifs, de conservateurs, d’arômes ou encore de colorants.

De plus l’excès de nourriture que l’on connait aujourd’hui n’arrange pas la situation, puisque nous ingérons encore plus de toxines.

L’inhalation des toxines :

Elle est liée principalement à la pollution.

Mais pas seulement.

Il y a en plus l’inhalation des produits ménagers, des parfums, de la fumée de tabac ou encore des aérosols.

Les toxines vont alors être absorbées par le nez et les poumons.

Absorption des toxines par voie cutanée :

La peau est le plus grand organe du corps humain. Par conséquent elle est donc une grande porte d’entrée a toutes les substances chimiques.

Les crèmes, shampoings, savon, déodorants et laques sont remplis de conservateurs et de perturbateurs endocriniens.

Cependant le corps humain à la capacité  d’éliminer ses toxines naturellement. Alhamdoulillah. 

Pour conclure ce paragraphe sur les toxines, il est important de ne pas rentrer dans une psychose.

C’est pour cela que je vais parler du système d’auto détox du corps. tu pourras alors mieux le comprendre et l’aider dans son rôle.

Comment le corps élimine-t-il ses toxines ?

Le corps élimine ses toxines par les émonctoires. On les appelle aussi les organes épurateurs. Ils sont au nombre de 5 :

  • Le foie
  • Les reins
  • Les intestins
  • Les poumons
  • La peau

Je te conseille un podcast fait par notre sœur Lucie du blog vivons-physio-logique qui parle justement des émonctoires.

Donc pour se débarrasser de ses toxines il suffit de faciliter le travail aux organes épurateurs. Et il y a des moyens très simples pour cela.

1-Boire beaucoup d’eau.

Je pense que c’est l’un des conseils hygiéno-diététique qui est le plus répété.

Quand j’étais jeune on disait souvent : Bois de l’eau et garde la pêche. 

Et bien c’est tout à fait ça. L’eau va permettre aux reins d’éliminer les toxines plus facilement. Avec moins de toxines tu te sentiras mieux alors bois de l’eau et garde la pêche.

2-Faire du sport.

La transpiration va permettre au corps d’éliminer ses toxines. En passant par les pores de la peau, elles vont tranquillement rejoindre le monde extérieur.  Cependant la quantité de toxines éliminées par la transpiration est très très faible.

Mais bon cela n’empêche pas de faire du sport. Le rythme cardiaque et la respiration vont s’accélérer entrainant les toxines via les organes épurateurs plus rapidement.

Les muscles vont permettre au système lymphatique de se drainer plus rapidement. 

3- Avoir une alimentation saine.
Premierement :

Manger des fruits et légumes : Encore un conseil que l’on entend partout. Mais on ne le répétera jamais assez.

Les fibres contenues dans les fruits vont permettre aux toxines d’être éliminées via les intestins. Consomme des céréales complètes, des légumes verts et légumes secs qui sont également riche en fibres.

 

Deuxièmement :

Cibler les aliments qui permettent au corps de se détoxifier.

Par exemple, certains aliments vont permettre au foie d’assurer ses fonctions d’épuration des déchets et des toxines. On retrouve entre autre dans ses aliments les choux, le citron, la betterave, l’artichaut, le radis noir ou l’avocat.

Tu peux également consommer des tisanes de pissenlit, de bardane, de bouleau blanc ou de tilleul. Demande conseil à un naturopathe ou un à un herboriste.

Troisièmement:

Manger des aliments riches en antioxydants.

Ils vont protéger les cellules contre les radicaux libres. Les radicaux libres sont des toxines produites par le corps. Tu peux retrouver les antioxydants dans de nombreux fruits, légumes, huiles et noix.

détox et hijama

Toutefois il arrive que notre corps emmagasine trop de toxines.

En d’autres termes le corps absorbe beaucoup plus de toxines qu’il est capable d’en éliminer.

Cela se traduit par de nombreux maux tels que la fatigue, difficulté à dormir, maux de tête, problèmes cutanées tels que points noirs, boutons et vieillissement prématuré de la peau.

Il faut prendre ses symptômes comme un signal d’alerte. En conclusion, il est grand temps de faire une détox.

Comment éliminer tes toxines avec la détox ?

Il y a plusieurs façons de faire une détox. Je vais t’en citer trois.

Les régimes détox :

C’est le grand truc à la mode depuis que les grandes stars tels que beyon-karda-gaga ont vanté leurs mérites.

Tu trouveras à coup sûr un régime à faire gratuitement. Qu’il soit mono-diète, légumes seulement, fruits seulement, jus seulement, tu as le choix.

Chaque magazine en a fait les éloges. Des livres entiers ne parlent que de ça. Et chaque site de santé en parle.

Donc je ne déroge pas à la règle.

Toutefois comme on est sur un site de santé destiné à la famille musulmane, je préfère parler de ce que le coran et la sounnah nous ont enseigné.

Pas besoin des grandes reines du haram pour nous dire comment se débarrasser de nos toxines.

Le jeûne

détox et hijama

Aaaaah le jeûne mais qu’elle ni3ma pour notre corps. Et ô combien nos toxines n’aiment pas cela.

Du fait que notre corps n’est pas occupé par la digestion, nos organes épurateurs sont libres de faire leur travail.

Car la digestion demande beaucoup d’énergie au corps. Cette énergie peut donc être redistribuée vers les autres organes.

Ça marche tellement bien que de nombreux centres de jeûne thérapeutique ouvrent à travers le monde.

De plus en plus de personnes parlent de jeûne : jeûne sec, jeûne humide –ça me fait penser à la hijama- jeûne intermittent qui consiste à arrêter de manger pendant quelques heures de la journée.

On parle aussi de jours de repos dans la semaine.  Ces jours consistent à arrêter de manger pendant un ou deux jours de la semaine. Cela va permettre au corps d’éliminer plus en profondeur.

Ça me rappelle le jeûne du lundi et du jeudi.

D'après Abou Houreyra (qu'Allah l'agrée), le Prophète (Salla Allahou alayhi wa salam) jeûnait le lundi et le jeudi. Quelqu'un lui a dit: Ô Messager d'Allah ! Tu jeûnes le lundi et le jeudi ? Le Prophète (Salla Allahou alayhi wa salam) a dit: « Certes le lundi et le jeudi Allah pardonne à chaque musulman sauf à deux personnes qui s'évitent, Il dit : Laisse ces deux jusqu'à ce qu'ils se réconcilient ».
Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°1740
authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Ibn Maja

Par contre il est important de ne pas se jeter sur la nourriture le soir mais manger léger afin que notre corps se repose.

Il ne faut surtout pas tomber dans le piège : « je rattrape tous mes repas de la journée. » Avec cette conduite tu risques de te faire du tort. Tu peux vomir, prendre du poids, être fatiguée la journée et surtout assimiler encore plus de toxines.

La hijama

détox et hijama
En quoi la hijama peut être un bon moyen pour faire une détox ?
Premièrement :

La hijama a une action épurative. Elle consiste à retirer un volume de sang veineux-lymphatique.Le sang de la hijama est riche en cellules mortes et abîmées.

Deuxièmement :

La hijama va agir directement sur les  molécules responsables du stress oxydatif. Sans rentré dans les détails, le stress oxydatif est lié à un excès de radicaux libres qui sont des toxines créés par le corps lui-même. Une étude turque a montré que le sang de la hijama est riche en molécules responsables de ce stress.

Troisièmement :

En régularisant les organes épurateurs. La hijama permet de réguler l’action des organes. En plaçant les ventouses correctement on peut donc réguler le foie, les reins, les intestins, le système immunitaire et les poumons. C’est pas génial ça.

Dans une hijama détox on ne pourra peut-être pas traiter tous les points en même temps au risque de fatiguer la patiente.

L’interrogatoire fait avant la hijama permettra d’évaluer quels organes doivent être visés. Constipation, essoufflement, difficulté à digérer, ville polluée, mauvaises habitudes alimentaires, tabac…

Points positifs :

Contrairement à un régime strict de type détox, la hijama ne crée pas de carences.

Elle est dépourvue d’effets secondaires. Elle se fait rapidement et sans contraintes.

La hijama a donc tout d’une grande en matière de détox.

A quelle fréquence faire une hijama détox ?

Quand tu en ressens le besoin.

Les nutritionnistes recommandent de faire un régime détox à chaque changement de saison ou après une période d’excès.

J’ajouterais de faire une hijama détox avant ramadan. Elle peut été très utile pour préparer son corps. Ainsi le corps étant débarrassé d’une partie de ses toxines, il pourra faire un nettoyage plus profond.

Mon expérience :

Pour conclure je vais parler de mon expérience.

Mes patientes sont nombreuses à se sentir légères après une séance de hijama. Comme après une séance de sport ou une séance de hamam.

De plus elles ressentent une grande fatigue après la hijama. Une fois reposées elles se sentent en forme.

J’en déduis donc que cela est lié aux toxines que nous retirons.

La hijama est vraiment une grande alternative à de nombreux traitements. Et il est plus que temps d’y penser en première intention.

 

Tu as la parole :

N’hésite pas à laisser un commentaire et partager ton expérience en matière de détox.

 

Problème d’infertilité : J’essaie la hijama

infertilité et hijama

La hijama peut traiter de nombreuses pathologies : asthme, allergies ou encore la douleur.

Chez les femmes elle est très utile dans toutes les maladies gynécologiques telles que le syndrome ovarien polykystique,  les douleurs ou les retards de menstrues.

Par conséquent la hijama est très utile dans les cas d’infertilités.

Pour en témoigner, j’ai interrogé notre sœur Isabelle.

Elle fait de nombreux protocoles d’infertilités et à eu de nombreuses réussites. Alhamdoulillah par la cause de la hijama 17 de ses patientes sont tombées enceintes.

Tu peux d’ailleurs retrouver le témoignage de l’une de ses patientes ici

Voici son interview :

infertilite

Assalamalayki oukhty. Peux-tu te présenter et nous dire pourquoi ton intérêt c’est porté sur la hijama?

Alaykoum salam wa rahmatoullahi wa barakatouhou.

Je m’appelle Isabelle Perrin. Je suis convertie depuis 13 ans. J’ai été formé à la hijama il y a un an.

J’ai été aide-soignante pendant 13 ans. Suite à un accident de travail j’ai été déclaré inapte. Je me suis alors interrogée sur mon avenir, étant donné que je ne savais faire que ça. C’est là qu’on m’a proposé une formation à la hijama. Je me suis dit pourquoi pas.

Peux-tu nous en dire plus sur tes protocoles d’infertilité et tes réussites?

Alors oui. ALhamdouillah j’ai eu de très très bons résultats sur des cas d’aménorrhées (absence de menstrues) et d’infertilité d’origine inconnue. C’est-à-dire des infertilités qui n’étaient pas justifiées par des causes médicales.

Notamment chez une patiente qui n’avait plus de règles depuis un an et demi. Elle était en essai bébé depuis trois ans. Son but était de retrouver ses règles. Par la suite être enceinte. Mais le premier objectif était de retrouver un cycle régulier.

Le résultat a été très satisfaisant. Une semaine après la hijama ses règles sont revenues. 28 jours après elle a eu à nouveau ses règles mais toute seule. Elle avait à nouveau un cycle de 28 jours. Sans besoin que j’intervienne.

Une seule séance de hijama a suffi à cette patiente pour avoir à nouveau un cycle régulier?

Oui c’est tout à fait ça. Elle n’avait plus de règles depuis un an et demi. Son bilan hormonal était normal. Ses échographies abdominale et pelvienne étaient sans aucune anomalie. Les médecins voulaient la mettre sous traitement – duphaston-

Lorsqu’elle a su que j’étais hajjam, elle a souhaité faire une séance de hijama afin d’avoir à nouveau ses menstrues.  

Quelques jours après la séance, elle a eu une abondance de pertes blanches. Et le surlendemain elle a eu à nouveau ses menstrues.

Les patientes que tu rencontres viennent elles principalement pour cause d’infertilité?

Au départ non. Mais grâce au bouche à oreille, ce sont à présent des patientes en cas d’infertilité que j’ai le plus.

infertilité

Demandes-tu aux patientes un bilan d’infertilité avant de faire la hijama?

Oui. Dans les protocoles d’infertilités j’ai besoin d’avoir un maximum d’informations.  Que ce soit les antécédents médicaux, le bilan hormonal ou l’échographie pelvienne. Cela me permet de les rassurer et de ne pas passer à côté de quelque chose.

C’est arrivé récemment. Une patiente est arrivée avec des règles très irrégulières. En vue de ses analyses j’ai suspecté un syndrome ovarien polykystique.

J’ai préféré attendre une nouvelle consultation gynécologique avant de faire la hijama. Effectivement elle présente un syndrome ovarien polykystique. Elle va donc être prise en charge médicalement. Des séances de hijama vont également être faites.

Donc j’ai vraiment besoin d‘un maximum d’informations. Plus j’aurais d’éléments sur l’infertilité de la patiente, mieux je pourrais intervenir bi idhnnillah.

Sans éléments c’est compliqué. Dans les cas d’aménorrhées j’essaye de demander l’AMH pour être sure que ce ne soit pas une ménopause précoce.

Je considère que les protocoles d’infertilité sont des protocoles sur mesure.

J’associe à la hijama des conseils hygiéno-diététiques, et des remèdes à base de plantes.

Alhamdoulillah j’ai ce bagage car j’ai travaillé deux ans avec une naturopathe spécialisée en infertilité et en médecine prophétique.

A partir de quand une sœur peut-elle te contacter pour un protocole d’infertilité?

C’est une question très intéressante. Pour répondre à ta question c’est au cas par cas.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte : L’âge, depuis combien de temps la patiente est en essai, sent elle son ovulation?…

Pour m’expliquer, je vais parler d’une patiente.

C’est une jeune fille de 19 ans qui était en essai bébé depuis trois ans. Elle a déjà eu une fausse couche. Elle est atteinte de vaginisme et cela l’empêche de subir des examens par voie vaginale. La médecine conventionnelle aurait dit «  Madame vous êtes jeune ».

J’aurais pu avoir le même discours et dire « Attends encore un an ». Alors que non si on peut aider on aide.

Sachant que ce n’est pas nous qui allons donner quoi que ce soit. La hijama est un coup de pouce.

En revanche si une patiente me demande un protocole d’infertilité et qu’elle est mariée depuis deux jours, je lui dirai non. En fonction de son âge et de ses cycles je lui dirais d’attendre quelques mois.

Ce qui est important dans ma démarche c’est que j’apprends aux femmes à comprendre leur corps.

Combien de femmes me disent : Je ne sais pas ce que c’est qu’une ovulation? Comment fait-on pour la reconnaitre? Comment distinguer une bonne et une mauvaise ovulation?

Et je me rends compte que peu importe l’âge des patientes, beaucoup ne connaissent pas leur corps.

Donc au-delà du protocole d’infertilité il y a toute une éducation. N’importe quelle femme doit y avoir le droit.

Je vois certaines femmes pour protocole d’infertilité une seule fois. Elles sont enceintes trois quatre mois après car elles ont compris leur corps. Juste le fait d’informer cela peut suffire.

infertilité

Demandes-tu à tes patientes d’informer leur médecin?

Oui je leur demande d’en parler à leur médecin.

Si une patiente refuse un protocole de PMA, il faut que les médecins comprennent pourquoi. Qu’elle n’abandonne pas l’idée mais qu’elle essaye autre chose dans son cas d’infertilité.

Il y a des sœurs que je prends également en parallèle de la PMA. J’ai d’ailleurs une sœur –allauma barek- qui est enceinte sur hijama et protocole FIV.

La hijama et la PMA sont compatibles. Il faut être très prudent pour ne pas faire une hyperstimulation qui peut être gravissime. Il faut donc bien avertir le médecin, le centre de pma et surtout la patiente.

Dans un protocole d’infertilité la patiente va être actrice. Elle doit se stimuler toute seule.

Pour les patientes dans les cas d’aménorrhées je leur déconseille de prendre des traitements en parallèle d’une hijama. Car on ne sait pas d’où les résultats viendront.

Je ne peux pas non plus dire aux patientes « ne prends pas de traitement ». Je leur conseille d’en parler à leur médecin. D’attendre  six mois et de voir si la hijama est efficace. Ou inversement de commencer six mois les traitements. Et par la suite de faire une hijama pendant six mois.

Quels conseils peux-tu donner aux soeurs qui souhaitent faire la hijama pour cause d’infertilité?

S’assurer que médicalement parlant tout va bien.

Faire le maximum d’examens : bilan hormonal, échographies pelvienne et abdominale,  hysterosalpingographie. Test de huhner si jamais le mari ne veux pas faire de spermogramme.

D’aller chez une hajjam qualifiée et expérimentée.

De multiplier les doua’s

BarakAllahoufiki isabelle. Veux-tu nous dire autre chose? Tu as la parole :

Pour clôturer je voudrais vraiment dire aux sœurs de ne pas désespérer.

La miséricorde d’Allah est immense. Derrière chaque épreuve se cache un khayr immense.

On ne s’en rend pas compte de suite mais avec le temps on remarque que cela nous fait grandir.

Ne désespérez pas.

Éloignez des gens qui vous mettent la pression.

Restez soudés dans votre couple et faites en une force.

QU’Allah vous facilite grandement et vous accorde une descendance pieuse. Amine

Tu peux suivre isabelle sur ses comptes facebook ou instagram

Si tu te poses des questions concernant la hijama clique ici.

11 questions sur la hijama.

hijama

Assalamalaykounna.

J’espère que tu te portes bien bi idhniLlah.

Je ne peux pas parler de médecine prophétique sans parler de hijama.

La hijama soulève beaucoup de questions. Aussi bien pour les nouvelles patientes que pour les habituées.

Voici les questions qui sont souvent posées :

Comment se déroule une séance de hijama?

hijama

La hajjam est la personne qui effectue la hijama.

Tu devras répondre à quelques questions. Pourquoi  portes-tu un intérêt a la hijama? Prends-tu des traitements? As-tu déjà fait des séances de hijama? Comment se sentais-tu après celles-ci?

Quelques informations médicales peuvent être demandées. Toutefois tu peux refuser de les donner. Cela fait partie du secret médical. Elles ne doivent être dévoilées  qu’au personnel médical. Or il est rare que les hajjams soient des médecins.

Ainsi si tu ne veux pas dire une partie de ton passé, libre à toi de garder le silence. Surtout si l’information demandée n’a pas d’intérêt avec la hijama.

Après ce questionnaire, la hajjam va t’expliquer le déroulement de la séance. Les points qu’elle va traiter.

Il ne faut pas hésiter à ce moment-là à poser les questions qu’ils te restent.

La séance de hijama se déroule en 3 étapes.

  • Pose de ventouses. La hajjam dépose les ventouses et fait le vide d'air de celles-ci. Ce qui va provoquer une succion.
  • Scarifications. La hajjam fait des incisions avec une lame stérile afin de créer des brèches dans la peau.
  • Pose de ventouses à nouveau afin d’extraire le sang. La dernière étape peut se faire plusieurs fois. La hajjam saura à quel moment mettre fin à la séance.
hijama

Un protocole de hijama peut être proposé par la hajjam.

A raison d’une séance par mois pendant trois mois, pendant six mois ou en début de cycle menstruel.

Ou à l’inverse les séances peuvent être proposées au besoin dans les cas de la douleur notamment.

Les incisions sont-elles douloureuses?

hijama

Elles peuvent être désagréables mais ne sont pas douloureuses

Les incisions de hijama sont très superficielles. C’est pour cette raison que cela ne fait pas mal.

J’en profite pour t’avertir qu’une lame stérile doit être utilisée. Malheureusement il y a encore des hajjams qui font la hijama avec des lames de rasoir. Comme tu peux le voir sur la photo ci dessus. On observe surtout cela dans les pays du Maghreb.

Vais-je avoir des traces?

Les incisions faites sont très superficielles.

Il ne devrait pas y avoir de cicatrices.

Toutefois chez les personnes qui marquent facilement, de légères traces peuvent restées.

Si la lame utilisée n’est pas propre cela risque également de faire une mauvaise cicatrisation. Sans oublier qu’il y a un risque d’infection.

Quelle est la différence entre hijama sèche et hijama humide?

Sèche ou humide la hijama consiste à réguler un organe, à détoxifier ou à soulager une douleur.

Dans la hijama sèche il n’y a pas d’incisions.  Ainsi il n’y a aucun sang qui est extrait. D’où le terme sèche.

Elle est très efficace dans les douleurs musculaires.

Il n’est pas rare que les séances de hijama sèche soient nombreuses. À raison de plusieurs fois par semaine.

La hijama humide quant à elle, a un effet d’épuration que la hijama sèche ne possède pas. (Bon en fait la hijama sèche à quand même un rôle d’épuration dans le sens où elle déloge les toxines. L’organisme les éliminera naturellement par la suite).

Tandis que les toxines sont retirées directement via le sang de la hijama humide.

La hijama humide est faite de façon ponctuelle.

Qui peut bénéficier d’une séance de hijama?

hijama

Tout le monde : enfants, jeune filles, femmes enceintes, allaitantes ou encore ménopausées.

Selon l’âge de l’enfant et son appréhension, la technique de hijama sera adaptée.

Chez la femme enceinte nous éviterons de traiter les zones proche de l’utérus surtout  lors du premier trimestre

Quelles sont les contre-indications de la hijama?

Les contres indications sont peu nombreuses.  Ta hajjam saura à quel moment la hijama est déconseillée.

En règle générale nous n’intervenons pas sur une pathologie qui n’a pas été diagnostiquée. Nous ne sommes pas médecin. Il nous faut savoir sur quoi on intervient.

Pour une première blessure ou une première entorse, on conseillera d’aller à l’hôpital. En revanche s’il s’agit d’un sportif qui a l’habitude de se faire cette entorse alors nous pourrons intervenir.

La hijama peut être refusée si ton traitement n’est pas stabilisé ou pas pris correctement. Certaines hajjams vont tout de même accepter de faire la hijama en fonction du traitement en question. D’où l’intérêt du questionnaire en début de séance.

L’anémie : À elle toute seule, elle n’est pas une contre-indication. Cependant nous éviterons d’appliquer trop de ventouses afin de limiter la fatigue. Il est judicieux d‘apporter ton dernier bilan sanguin afin de savoir comment réagir.

Patiente sous anticoagulant : Si le traitement est pris de façon assidu et que les bilans sanguins sont stables alors il n’y a pas de contre-indication à faire la hijama. La force de succion sera alors moindre pour ne pas provoquer un saignement inutile.

Qui peut prétendre être hajjam?

Cette question est très importante. Il n’existe pas de diplôme de praticien  à la hijama. Du fait que la hijama est un geste simple à réaliser tout le monde peut se prétendre hajjam.

Cependant la hijama est une vraie science. Elle peut être bénéfique comme elle peut être délétère.

De plus les règles d’hygiène doivent être respectées ce qui n’est pas toujours le cas. Une pompe pour plusieurs patients, lavage de mains négligées, lame de bistouri non stérile…. Je ne pense pas que cela soit lié à de la négligence. Mais à un manque de formation.

Alhamdoulillah il y a de plus en plus de monde qui se forme à la hijama. Et il y a de plus en plus de formations de qualité.

Je te conseille de demander à ta hajjam où a-t-elle été formée. Tu peux même demander ses attestations de réussite. Cela fait partie de tes droits.

Je te donne ici mes 8 conseils pour choisir sa hajjam.

Pourquoi un tel engouement pour la hijama?

Globalement les patients sont de plus en plus dans une autonomie de soins. Les scandales pharmaceutiques qu’il y a eu ces dernières années n’ont fait que créer une plus grande angoisse.

La médecine naturelle reprend de plus en plus sa place. On assiste aujourd’hui à une multitude de techniques médicales : naturopathie, phytothérapie, médecine chinoise, ayurvédique, réflexologie, magnétiseur…

En revanche toutes ces médecines alternatives ne sont pas en accord avec le coran et la sunnah. On peut y retrouver beaucoup de chirk.

Qu’Allah nous en préserve.

Ce qui n’est pas le cas de la hijama. Qui a été conseillée par notre prophète Mohamed sallah Allahou alayhi wa salam. Il n’y a donc aucun doute à avoir à son sujet.

Elle est source de guérison. Les témoignages sur son efficacité sont nombreux. Les grands sportifs pratiquent de nos jours la hijama avant les compétitions.

C’est pour toutes ses raisons que la hijama attire de plus en plus et alhamdoulillah.

Dois-je avertir mon médecin que je fais des séances de hijama?

hijama

Oui.

 Il est possible que suite à une hijama, les traitements doivent être modifiés.

Ton médecin doit alors être informé que tu effectues ces séances de hijama pour faire le lien. 

Il y aura les médecins pro hijama : “avant de commencer un traitement, je vous conseille de faire la hijama”

Et ceux qui seront totalement contre la hijama. A l’image de ce cardiologue qui a dit à l’une de mes patientes « Vous avez commis un crime. Comment peut-on faire la hijama chez un enfant? La hijama c’est pour les personnes âgées. »

Comment dois-je m’habiller?

Cette question est souvent posée par les jeunes filles ou les sœurs très pudiques. Peu importe la façon dont tu t’habilleras on te déshabillera.

Toutefois la hajjam ne doit voir de sa patiente que ce qu’elle a besoin de voir. On retire donc d’abord le haut et ensuite le bas. On ne va pas te mettre entièrement nue sur la table.

Je recouvre souvent mes patientes avec une couverture ou une serviette ou même leur jilbab au fur et à mesure que je retire les ventouses dont je n’ai plus besoin.

Cela évite d’une part qu’elle est froid pendant la séance de hijama. Et Deuxièmement cela cache sa awra.

Combien coûte une séance de hijama?

hijama

Ce sujet est très sensible chez les hajjams. En effet certains savants disent que le salaire du hajam est soit illicite soit détestable. 

Certaines n’impose pas de tarifs pour la séance de hijama. C’est la patiente qui donne en selon de ses capacités.

Toutefois si tu décides de verser un salaire à ta hajjam pense au fait qu’elle s’est formée, qu’elle a quitté son domicile pour te soigner, qu’elle a surement du faire garder ses enfants, qu’elle a aussi des frais de voiture, d’urssaf… Et bien plus encore.

Donc tout cela a un prix. Il est dommage qu’on ne donne que 10 euros pour la hjama mais qu’on est prêt à en dépenser 50 pour un massage ou 35 dans un bon resto.

Il faut savoir que nous ne faisons pas de la hijama notre business. Si certaines personne ont peu de scrupules ce n’est pas le cas he tout le monde.

Nous sommes nombreuses à avoir une autre activité a côté. Pour ma part je la pratique car je trouve que c’est une technique de soins remarquable. De plus cela permet de faire vivre une sunnah.

Tu as la parole

J’espère incaAllah que cet article a répondu à tes questions sur la hijama.

Si toutefois il te reste des questions n’hésite pas à les laisser en commentaire.