Problème d’infertilité : J’essaie la hijama

La hijama peut traiter de nombreuses pathologies : asthme, allergies ou encore la douleur.

Chez les femmes elle est très utile dans toutes les maladies gynécologiques telles que le syndrome ovarien polykystique,  les douleurs ou les retards de menstrues.

Par conséquent la hijama est très utile dans les cas d’infertilités.

Pour en témoigner, j’ai interrogé notre sœur Isabelle.

Elle fait de nombreux protocoles d’infertilités et à eu de nombreuses réussites. Alhamdoulillah par la cause de la hijama 13 de ses patientes sont tombées enceintes.

Voici son interview :

infertilite

Assalamalayki oukhty. Peux-tu te présenter et nous dire pourquoi ton intérêt c’est porté sur la hijama?

Alaykoum salam wa rahmatoullahi wa barakatouhou.

Je m’appelle Isabelle Perrin. Je suis convertie depuis 13 ans. J’ai été formé à la hijama il y a un an.

J’ai été aide-soignante pendant 13 ans. Suite à un accident de travail j’ai été déclaré inapte. Je me suis alors interrogée sur mon avenir, étant donné que je ne savais faire que ça. C’est là qu’on m’a proposé une formation à la hijama. Je me suis dit pourquoi pas.

Peux-tu nous en dire plus sur tes protocoles d’infertilité et tes réussites?

Alors oui. ALhamdouillah j’ai eu de très très bons résultats sur des cas d’aménorrhées (absence de menstrues) et d’infertilité d’origine inconnue. C’est-à-dire des infertilités qui n’étaient pas justifiées par des causes médicales.

Notamment chez une patiente qui n’avait plus de règles depuis un an et demi. Elle était en essai bébé depuis trois ans. Son but était de retrouver ses règles. Par la suite être enceinte. Mais le premier objectif était de retrouver un cycle régulier.

Le résultat a été très satisfaisant. Une semaine après la hijama ses règles sont revenues. 28 jours après elle a eu à nouveau ses règles mais toute seule. Elle avait à nouveau un cycle de 28 jours. Sans besoin que j’intervienne.

Une seule séance de hijama a suffi à cette patiente pour avoir à nouveau un cycle régulier?

Oui c’est tout à fait ça. Elle n’avait plus de règles depuis un an et demi. Son bilan hormonal était normal. Ses échographies abdominale et pelvienne étaient sans aucune anomalie. Les médecins voulaient la mettre sous traitement – duphaston-

Lorsqu’elle a su que j’étais hajjam, elle a souhaité faire une séance de hijama afin d’avoir à nouveau ses menstrues.  

Quelques jours après la séance, elle a eu une abondance de pertes blanches. Et le surlendemain elle a eu à nouveau ses menstrues.

Les patientes que tu rencontres viennent elles principalement pour cause d’infertilité?

Au départ non. Mais grâce au bouche à oreille, ce sont à présent des patientes en cas d’infertilité que j’ai le plus.

infertilité

Demandes-tu aux patientes un bilan d’infertilité avant de faire la hijama?

Oui. Dans les protocoles d’infertilités j’ai besoin d’avoir un maximum d’informations.  Que ce soit les antécédents médicaux, le bilan hormonal ou l’échographie pelvienne. Cela me permet de les rassurer et de ne pas passer à côté de quelque chose.

C’est arrivé récemment. Une patiente est arrivée avec des règles très irrégulières. En vue de ses analyses j’ai suspecté un syndrome ovarien polykystique.

J’ai préféré attendre une nouvelle consultation gynécologique avant de faire la hijama. Effectivement elle présente un syndrome ovarien polykystique. Elle va donc être prise en charge médicalement. Des séances de hijama vont également être faites.

Donc j’ai vraiment besoin d‘un maximum d’informations. Plus j’aurais d’éléments sur l’infertilité de la patiente, mieux je pourrais intervenir bi idhnnillah.

Sans éléments c’est compliqué. Dans les cas d’aménorrhées j’essaye de demander l’AMH pour être sure que ce ne soit pas une ménopause précoce.

Je considère que les protocoles d’infertilité sont des protocoles sur mesure.

J’associe à la hijama des conseils hygiéno-diététiques, et des remèdes à base de plantes.

Alhamdoulillah j’ai ce bagage car j’ai travaillé deux ans avec une naturopathe spécialisée en infertilité et en médecine prophétique.

A partir de quand une sœur peut-elle te contacter pour un protocole d’infertilité?

C’est une question très intéressante. Pour répondre à ta question c’est au cas par cas.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte : L’âge, depuis combien de temps la patiente est en essai, sent elle son ovulation?…

Pour m’expliquer, je vais parler d’une patiente.

C’est une jeune fille de 19 ans qui était en essai bébé depuis trois ans. Elle a déjà eu une fausse couche. Elle est atteinte de vaginisme et cela l’empêche de subir des examens par voie vaginale. La médecine conventionnelle aurait dit «  Madame vous êtes jeune ».

J’aurais pu avoir le même discours et dire « Attends encore un an ». Alors que non si on peut aider on aide.

Sachant que ce n’est pas nous qui allons donner quoi que ce soit. La hijama est un coup de pouce.

En revanche si une patiente me demande un protocole d’infertilité et qu’elle est mariée depuis deux jours, je lui dirai non. En fonction de son âge et de ses cycles je lui dirais d’attendre quelques mois.

Ce qui est important dans ma démarche c’est que j’apprends aux femmes à comprendre leur corps.

Combien de femmes me disent : Je ne sais pas ce que c’est qu’une ovulation? Comment fait-on pour la reconnaitre? Comment distinguer une bonne et une mauvaise ovulation?

Et je me rends compte que peu importe l’âge des patientes, beaucoup ne connaissent pas leur corps.

Donc au-delà du protocole d’infertilité il y a toute une éducation. N’importe quelle femme doit y avoir le droit.

Je vois certaines femmes pour protocole d’infertilité une seule fois. Elles sont enceintes trois quatre mois après car elles ont compris leur corps. Juste le fait d’informer cela peut suffire.

infertilité

Demandes-tu à tes patientes d’informer leur médecin?

Oui je leur demande d’en parler à leur médecin.

Si une patiente refuse un protocole de PMA, il faut que les médecins comprennent pourquoi. Qu’elle n’abandonne pas l’idée mais qu’elle essaye autre chose dans son cas d’infertilité.

Il y a des sœurs que je prends également en parallèle de la PMA. J’ai d’ailleurs une sœur –allauma barek- qui est enceinte sur hijama et protocole FIV.

La hijama et la PMA sont compatibles. Il faut être très prudent pour ne pas faire une hyperstimulation qui peut être gravissime. Il faut donc bien avertir le médecin, le centre de pma et surtout la patiente.

Dans un protocole d’infertilité la patiente va être actrice. Elle doit se stimuler toute seule.

Pour les patientes dans les cas d’aménorrhées je leur déconseille de prendre des traitements en parallèle d’une hijama. Car on ne sait pas d’où les résultats viendront.

Je ne peux pas non plus dire aux patientes « ne prends pas de traitement ». Je leur conseille d’en parler à leur médecin. D’attendre  six mois et de voir si la hijama est efficace. Ou inversement de commencer six mois les traitements. Et par la suite de faire une hijama pendant six mois.

Quels conseils peux-tu donner aux soeurs qui souhaitent faire la hijama pour cause d’infertilité?

S’assurer que médicalement parlant tout va bien.

Faire le maximum d’examens : bilan hormonal, échographies pelvienne et abdominale,  hysterosalpingographie. Test de huhner si jamais le mari ne veux pas faire de spermogramme.

D’aller chez une hajjam qualifiée et expérimentée.

De multiplier les doua’s

BarakAllahoufiki isabelle. Veux-tu nous dire autre chose? Tu as la parole :

Pour clôturer je voudrais vraiment dire aux sœurs de ne pas désespérer.

La miséricorde d’Allah est immense. Derrière chaque épreuve se cache un khayr immense.

On ne s’en rend pas compte de suite mais avec le temps on remarque que cela nous fait grandir.

Ne désespérez pas.

Éloignez des gens qui vous mettent la pression.

Restez soudés dans votre couple et faites en une force.

QU’Allah vous facilite grandement et vous accorde une descendance pieuse. Amine

Tu peux suivre isabelle sur ses comptes facebook ou instagram

Si tu te poses des questions concernant la hijama clique ici.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*